Visite terrain Civagrihack à Abidjan : les cultivateurs décrient le manque de terre

Facebook YouTube

Visite terrain Civagrihack à Abidjan : les cultivateurs décrient le manque de terre

Située à 50 km d’Abidjan, Dabou a été le cadre choisi pour la visite terrain de l’étape du Civagrihack de la capitale économique le 24 juillet 2018.  Les paysans sans langue de bois ont partagé leurs difficultés avec les compétiteurs notamment leur besoin en terre.

« Au début nous avions une parcelle ou nous faisions du maraicher mais elle nous a été arrachée en faveur d’un opérateur économique qui a plus de moyens »  a expliqué Tapsoba Jean-Marie, agriculteur aux compétiteurs du civagrihack venus le rencontrer. N’ayant pas de parcelle, ce dernier squatte la palmeraie d’un tiers. Cependant il est conscient qu’il va devoir la  quitter dans peu de temps. «Si le propriétaire ne nous chasse pas  les palmiers vont le faire »,  faisant allusion au fait que l’ombrage des arbres empêchera bientôt l’évolution de sa culture de piment.

Minounguon Souleymane, son voisin est encore plus déprimé « toutes les plantes devraient être comme celles au fond là-bas mais il y a eu un faux traitement  et j’ai tout perdu » explique-t-il en montrant ses plants de tomates. Ce dernier a dû se tromper dans le dosage de pesticide ce qui lui a coûté presque la moitié de son champ. Selon Adon Caleb, de l’ANADER (Agence Nationale du Développement Rural), dès que « l’exploitant fait un tel constat et qu’il nous prévient, l’agent de l’Anader  intervient immédiatement car le maraicher est une culture qui demande beaucoup d’attention ».

Utilisation abusive des pesticides,  problème foncier, non maitrise du circuit de commercialisation, manque de moyens financiers,  sont les difficultés énumérées par ces paysans.

Cette visite de terrain vient donc conforter la solution de Kabore Nafissatou  et ses amis du groupe Leader-tic qui ont décidé de mettre en place une application  mobile qui puisse permettre aux paysans d’écouler leurs marchandises. « J’avais les informations et maintenant je suis rassurée», précise-t-elle.

Pour Diomandé Badra  du groupe Ivoire Chat Bot , le fait d’avoir rencontré des producteurs va leur permettre d’améliorer leur application qui consistait à mettre à disposition des paysans l’information, des formations et des relations pour pouvoir vendre leurs produits. «  Il y a des données que nous allons intégrer dans notre projet car nous savons qu’il peut aider les paysans », insistera-t-il.

Dans le cadre du Hackathon civagrihack, la visite de terrain a pour but de permettre aux compétiteurs d’être en contact direct avec le paysan et connaitre ses difficultés.  C’est un pan du projet de solutions numériques pour le désenclavement des zones rurales et l’e-agriculture  (PSNDEA) qui est concomitamment exécuté par le Ministère de la Communication, de l’Economie numérique et de la Poste  (MICENUP) et le Ministère de l’Agriculture du Développement Rural (MINADER). Il est financé par la Banque Mondiale.

R.Y

Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *